Mon Alyah en Vers Sion Originale Episodes 4 à 7 – Le déménagement

Ces textes ont été écrits il y a près de 2 ans, lorsque j’ai décidé de faire mon Alyah. Je raconte les préparatifs du départ, l’arrivée en Israël, les premières expériences dans le pays. Ca s’appelait « Vers Sion Originale » et je publie de nouveau ces textes (sous forme de différents épisodes) sur mon blog pour les faire découvrir à d’autres personnes.  

 

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode4: J-18 avant le départ

La France, tu l’aimes mais tu la quittes!
Après le nouvel attentat des islamo-fascistes en France, je souhaitais faire une petite mise au point et rappeler (pour ceux qui pourraient en douter) mon attachement à notre douce France.

Curieux et triste paradoxe: Ma France que j’aime tant, je la quitte, alors que des milliers de gens qui la détestent font tout pour rester ici.
Ma France, pays de toutes les libertés, dans lequel quelle que soit ta naissance tu as une chance de devenir quelqu’un, tu vas me manquer! Je sais ce que je te dois: mes études dans les écoles de la République, l’expérience quotidienne de la liberté, l’aspiration à l’égalité, le vivre ensemble qu’on appelle ici la fraternité. Et aussi l’accès à la culture, les soins (presque) gratuits dans les hôpitaux, et tant d’autres choses.

Alors, voici une petite prière personnelle…
– Hachem, protège et bénis la France et ses habitants, en particulier les Juifs de France pour qu’ils puissent vivre dans la paix, la sérénité et la prospérité dans ce pays,
– Aide ceux qui souhaitent partir à réaliser leur rêve, mais aide aussi ceux qui souhaitent rester à pouvoir le faire et vivre la vie juive qu’ils veulent mener comme ils veulent la mener,
– Préserve moi de dire du mal de la France, moi qui me sens tellement français et qui, il y a encore peu de temps, pour reprendre les mots d’Eliette Abécassis, « ne me savais pas en exil sur ma terre natale »…

 

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode5: J-17 avant le départ

La partie de cartes

Aujourd’hui nous avons fait un remake de la partie de cartes de Marcel Pagnol mais en remplaçant les expressions provençales par quelques mots d’hébreu.
Nous étions tranquillement en train de pratiquer une activité shabbatique (le jeu des 7 familles) lorsque je me décidai soudain à faire un petit test.
Sous le regard bienveillant de ma femme (qui m’encourage à pratiquer l’hébreu et corrige mes nombreuses fautes), je lance un superbe: « Bé michpakhat « Ha havoda », ani rotsé ha saba ». Du grand art! Personne ne s’étonne de m’entendre parler hébreu. Mes enfants ne bronchent pas. Au milieu d’une conversation française, on parle en hébreu et ça ne les choque pas. Chacun d’eux, y compris le petit dernier de 5 ans, a parfaitement compris la phrase. J’ai une immense confiance en eux, je sais qu’ils vont s’adapter à l’hébreu. Ce sera difficile pendant plusieurs mois, bien sur, je suis réaliste, mais je sais qu’ils réussiront. Comme je suis fier d’eux!
Mon aîné, stoïque, me balance le Grand-père de la famille »Le travail » sans sourciller. Tout cela est parfaitement normal pour chacun et la partie continue. Je ne dis rien mais il n’y a que moi, peut-être, qui suis un peu surpris. Je pensais avoir demandé la grand-mère (*)…

(*) En hébreu, grand-père se dit « saba » et grand-mère se dit « savta ».

 

 

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode6: J-15 avant le départ

Le déménagement

« Te rends-tu compte de la chance que nous avons de pouvoir préparer notre déménagement pour partir en Israël? » me disait ma femme hier. Combien de dizaines de milliers d’immigrants à travers notre histoire ont du fuir, partir en cachette, dans la précipitation, pour rejoindre la terre d’Israël?
Nous, nous avons cette chance de pouvoir choisir notre moment et de pouvoir choisir ce que l’on va apporter avec nous.

Hier nous avons donc déménagé… 63 cartons préparés avec soin. Perso, j’en ai fait 3 en 2 jours, j’ai grogné non-stop et je me suis plaint à de multiples reprises d’avoir mal au dos. Ma femme a fait tout le reste, depuis des semaines, sans jamais dire un mot. Echet Haïl!

Maintenant, 15 jours chez beau-papa avant le départ.
Pendant ce temps, mes 20m3 d’affaires vont partir vers le Havre puis voguer sur la Méditerranée pour atteindre Ashdod dans 3 semaines avec l’aide de D. Ensuite quelques jours de dédouanement et hop, vers Jérusalem. Mais ça, c’est une autre histoire…

 

Mon Alyah en Vers Sion Originale – Episode7: J-13 avant le départ
Quel courage!

J’entends souvent cette remarque: « Vous partez vivre en Israël? Quel courage! ». Ce qui se veut être un compliment dans la bouche de mon interlocuteur met ma (merveilleuse) femme Karine mal à l’aise. Pourquoi?

Parler de courage suppose qu’il y a un danger et, quelque part, une forme de bravoure, voire d’inconscience, à aller au-devant de ce danger. En somme, nous sommes courageux car un peu « fous », au mieux inconscients, au pire irresponsables. Quel courage (sous-entendu « quelle folie ») de quitter une vie confortable à Paris pour mener une vie incertaine dans un pays en guerre!

Or je crois que Karine ressent une forme d’injustice dans ce type de remarques. Notre projet est certes assez soudain mais il est le fruit de plusieurs années d’analyses et de réflexion sur la situation tant en France qu’en Israël. Il est vrai aussi que nous avons d’abord décidé de partir avant de commencer à faire nos calculs et étudier les modalités; c’est de la confiance en l’avenir et en Israël, en nos capacités et celles de nos enfants aussi, nullement de l’inconscience.

Notre projet est aujourd’hui réalisé de manière « carrée » et méthodique (ceux qui nous connaissent n’en seront pas étonnés) et chaque paramètre a été évalué, pris en compte et intégré. Le contraire de « l’aventure ».
S’il faut résumer, c’est la réflexion qui nous pousse à nous poser la question du départ. C’est la confiance qui nous permet de franchir le pas. C’est la préparation méthodique qui nous permet de faire aboutir ce projet.

Bref, si vous croisez Karine prochainement et souhaitez la complimenter pour sa prise de décision, ne lui dites pas « Quel courage! » mais plutôt: « Quel choix rationnel! Quelle émouna (foi), quelle confiance en l’avenir! Quelle clairvoyance! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s