La machine à perdre et la machine à haïr…

Ainsi donc la nouvelle cible à abattre s’appelle François Fillon…

Celui que tout le monde (à commencer par moi) prenait pour le morne serviteur de Sarkozy est donc en passe de remporter la primaire et possiblement, dans la foulée, l’élection présidentielle. La France médusée découvre que ce triste et inoffensif personnage est en réalité un affreux conservateur raciste, antisémite, homophobe et autres qualificatifs du même acabit…

Un peu simpliste, non?

 

Alain Juppé, le grand homme d’Etat au-dessus de la mêlée, qui devait réconcilier le peuple de droite et de gauche, apaiser les tensions et nous promettait l’identité heureuse, se révèle tout d’un coup mauvais perdant… Ce qu’il n’a cessé d’être pendant 70 ans (un politicard méprisant, cassant, humiliant) et qu’il a tenté de masquer depuis des mois, ressort désormais dans toute sa splendeur. En outre, fortement aidé par NKM et d’autres anciens amis et collaborateurs de Fillon, il explique à qui veut l’entendre -à commencer par l’ensemble de la presse et des médias français- à quel point Fillon serait une erreur, voire un danger pour notre République…

On voit bien comment la machine à perdre se met en branle soudainement à droite. Pour une équipe censée représenter la modération, le progressisme et l’union, c’est un comble…

 

Qu’on ne s’y trompe pas, je n’ai aucune sympathie particulière pour Fillon. Bien au contraire, le bonhomme me parait avoir des idées souvent contraires à mes opinions et son programme me laisse songeur sur bien des points. Mais mon propos n’est pas là (après tout, mon avis ne vaut pas plus que celui de n’importe qui d’autre et je ne suis pas certain de détenir la vérité dans ce domaine). Ce qui me frappe, c’est le déferlement médiatique, relayé par Twitter, Facebook et le café du commerce, contre ce pauvre Fillon, qui a eu le malheur (l’audace? le culot? l’affront?) de terminer en tête d’une élection, prenant de cours les sondeurs, les grands médias et même la majorité des français.

 

Ainsi, c’est depuis dimanche soir la machine à haïr qui s’est mise en marche. Copé étant désormais réduit à néant, Sarkozy étant retiré de la vie politique, il fallait donc que les bien-pensants trouvent une nouvelle cible, et c’est François Fillon l’heureux élu. La gauche bien-pensante l’accuse pèle-mêle d’être un réactionnaire islamophobe, Poutinophile, anti-avortement, pro Manif pour Tous, libéral tendance brutale et autres maux. Bref, un ersatz de Marine Le Pen, version bourgeois provincial, mais tout aussi dangereux…

Les médias, tout heureux d’avoir trouvé un nouveau bouc émissaire, s’en donnent à cœur joie, bientôt rejoints par le bon peuple de droite qui se demande si son champion est vraiment si innocent qu’il en a l’air…

 

Au final, les français sont encore mécontents… Ils veulent un candidat progressiste mais qui siphonne les voix de l’extrême-droite, un candidat qui réforme vraiment mais en douceur, un candidat qui incarne le renouveau mais qui soit déjà expérimenté, un candidat qui soit sérieux mais sympa, un candidat qui s’en prenne à l’islamisme mais sans faire peur aux musulmans, un candidat qui incarne la modernité mais sans renoncer aux fondements de la France. Bref, une fois de plus, ce qu’attend le peuple français: tout et son contraire.

 

(Le dessin est du talentueux -mais très bobo- Joann Sfar)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s